Depuis le début des années quatre-vingt, nous assistons à des changements majeurs sur le marché du vin. Par le passé, les « grands vins » étaient considérés comme des produits nobles et attiraient avant tout l’attention d’amateurs fortunés voire de collectionneurs. Désormais, un nombre conséquent de vins ont quasiment acquis un statut d’actif financier : ils s’échangent auprès de maisons d’enchères de mieux en mieux organisées et sont de plus en plus considérés par leurs détenteurs comme un investissement. Des articles parus dans des journaux économiques, dans des revues spécialisées sur le vin, ou sur des sites internet, suggèrent en effet que la performance d’un investissement en vin a été, sur les dix ou quinze dernières années, sinon supérieure au moins équivalente à celle d’un investissement en actions. Du reste, plusieurs fonds d’investissements ont été lancés afin de tirer profit de cette performance apparemment attractive.

Le but de ce projet est, d’une part, d’analyser la performance du vin dans une perspective financière, et, d’autre part, d’étudier les variables économiques qui gouvernent l’évolution des prix, et par là-même des rendements, sur le marché du vin.

Juin 2010 – Juillet 2011
Partenaire académique: Ecole de Changins
Partenaire financier: HES-SO

Back to Top